vendredi 18 mai 2012

Concitoyens, Qu’Attendons-Nous ?

« Concitoyens, qu’attendons-nous ? »

Depuis maintenant trop longtemps, on laisse aller les choses.  La politique est tellement malmenée par les politiciens que la population en est maintenant blasée.  Résultat : environ quatre personnes sur dix d’entre nous ne daignent même plus faire son unique devoir de citoyen, aller voter.  Quand on pense que dans certains pays, on meurt pour y avoir droit et qu’au Canada, ça ne fait même pas un siècle que la femme est considérée comme une personne, le constat est plutôt désolant.
Ce laisser-aller collectif nous coûte cher et fini par faire en sorte que des politiciens se font élire majoritairement avec pas même 25% de nos voix!  Nous leur donnons ainsi toute la latitude de faire ce qui leur plaît même si c’est à l’encontre de nos intérêts et de notre Bien commun. 

Que s’est-il passé depuis les années ’70, cette période où les politiciens soulevaient des foules?  C’est simple, il n’y a plus de consultation avec la population.  Nous sommes si endormis que nous avons laissé des lobby s’installer crassement auprès de nos élus et maintenant ce sont leurs intérêts qui priment sur ceux de la population.  Les politiciens sont maintenant asservis à des dirigeants d’entreprises aux intérêts purement pécuniers qui n’ont aucune préoccupation pour le bien de notre collectivité, de notre santé, de notre environnement.

La politique est devenue une profession.  Le politicien la pratique dorénavant que par intérêt personnel.  Une vision pour l’avenir de nous tous concitoyens, ceux qui l’ont mis en place, ça n’existe plus.  Il semble que les Élus oublient de plus en plus le côté dignitaire de leur fonction dans leurs prises de décisions.  Le côté dignitaire sous-entend : le respect des concitoyens, la défense du Bien commun, la défense des droits et libertés, la création de richesse collective, l’éducation essentielle de la population, la protection des ressources naturelles, une vision d’avenir inspirante pour tous.  Où sont parties toutes ces valeurs collectives?  Elles étaient parties intégrantes de tout gouvernement qui se respectait, ça allait de soi.  Et bien, non plus maintenant.  Nos intérêts collectifs ont été remplacés par l’intérêt de particuliers qui ne veulent que notre bien, notre Bien commun, naturellement! 

La plupart de ces particuliers proviennent d’industries majeures qui engouffrent l’argent des contribuables depuis des années.  Le nucléaire est une industrie coûteuse qui crée des déchets radioactifs dont on ne sait disposer, lesquels sont pelletés aux générations futures.  Le pétrole des sables bitumineux est une autre industrie qui crée de la pollution excessive et rend les populations environnantes malades.  Les gaz de Schistes cette nouvelle industrie qui intoxique les nappes phréatiques et cause des tremblements de terre.  L’industrie pharmaceutique qui contrôle le coût et le niveau de santé de notre population. Puis l’industrie du génétiquement modifié qui introduit de nouvelles substances dans notre ADN.  Présentement, les Gouvernements laissent ces cinq industries ruiner notre environnement, polluer notre air, intoxiquer nos eaux, assécher nos terres, contrôler notre santé publique et jouer avec notre chaîne alimentaire, le tout, au nom de l’argent que ces industries pourraient éventuellement générer.  Qu’attendons-nous pour arrêter ce contrôle grandissant qu’ont les lobbys de ces industries sur les gouvernements que nous mettons en place?

Toutes ces industries possèdent un puissant lobby.  Par ce terme, on sous-entend que des dirigeants d’entreprises soudoient nos politiciens via des levées de fonds et des activités plus divertissantes les unes que les autres.  Donc des lois au bénéfice des ces mêmes lobbys réussissent ainsi à s’introduire dans notre système et ce, à notre détriment et dans notre face. 

Maintenant, lorsqu’une personne ou un groupe dénonce des décisions injustes ou injustifiées des gouvernements, les faiseux de politiciens, trouvent des expressions plus malsaines les unes que les autres afin de discréditer quiconque s’oppose à leurs manœuvres trop souvent malhonnêtes. Qu’attendons-nous pour refuser de taire la population pour la servitude de la vérité? 

Qu’attendons-nous pour demander que les Membres de nos prestigieuses instances, gardiennes de notre Démocratie, honorent la fonction pour laquelle on les paie?  Qu’attendons-nous pour exprimer tout haut ce qui va à l’encontre de nos valeurs collectives?  Qu’attendons-nous pour exiger que nos lois cessent d’être violées à répétition par les politiciens mal attentionnés?  Qu’attendons-nous pour écrire, appeler, faxer à nos dirigeants afin de leur faire part de nos inquiétudes ou, de nos bonnes idées? Qu’attendons-nous pour nous unir et dire : «C'EST ASSEZ!»?

Chantal Dupuis
Montréal, Qc
publié le 18 mai 2012.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire